Les indignés du monde et nous

À toute personne intéressée,

En discutant avec mon entourage, j’ai remarqué que beaucoup de gens, en Suisse, ne sont pas très au clair concernant le mouvement des indignés et ce qu’il réclame. Afin de permettre à chacun de saisir à peu près les enjeux, j’ai décidé de faire un bref résumé des revendications des indignés dans le monde. Il s’agit grosso modo des thèmes de la journée mondiale du 12 mai, jour de notre manifestation.

En Espagne, des millions de personnes sont descendues dans les rues dès mai 2011 pour protester notamment contre le taux de chômage très élevé (plus de 40% chez le jeunes), contre la corruption du monde politique (à gauche autant qu’à droite) et contre les mesures d’austérités. Les indignés espagnols réclament une vraie démocratie (« ¡ Democracia Real Ya ! »).
Le mouvement des indignés s’est rapidement exporté en Europe, surtout dans les pays frappés par la crise et soumis à l’austérité.

Puis, en septembre, ce sont les New-Yorkais qui ont commencé à s’indigner – de manière assez spectaculaire – à Wall Street. Le mouvement Occupy Wall Street dénonce les excès de la finance, qui mènent de plus en plus d’Américains à la précarité tout en bénéficiant à un très petit nombre de personnes qui s’enrichissent sur le dos des autres. C’est là qu’est né le slogan « Nous sommes les 99% » 1 qui exprime lui aussi un grand besoin de démocratie.
Le mouvement Occupy s’est ensuite répandu dans d’autres villes des USA et a donné un second souffle au mouvement des indignés dans le monde.

En deux mots, ce qui est en train de se passer, c’est un éveil des consciences tout à fait remarquable. Les gens commencent à comprendre que le système économique mondial actuel ne peut en aucun cas répondre aux défis auxquels nous sommes confrontés (répartition et gestion des ressources naturelles notamment). En effet, même si nos États sont considérés comme démocratiques, ils se soucient de moins en moins des besoins des peuples, mais se préoccupent surtout des intérêts privés des multinationales et du monde de la finance.

On peut donc dire – et ça n’est pas un abus de langage – que le monde est dirigé par une poignée d’acteurs économiques et financiers (banques et entreprises diverses) qui n’ont rien de démocratique. Beaucoup de gens sont aujourd’hui résignés et pensent que nous n’avons aucun pouvoir pour changer cela. Non seulement c’est une idée fausse, mais c’est une idée dangereuse : seule une volonté populaire importante est à même d’inverser la vapeur. On n’a pas d’autre choix.

Mercredi passé, nous avons choisi, de manière assez unanime, de focaliser notre manif sur les abus des multinationales, ainsi que sur le traité ACTA. C’est une bonne chose, car notre pays héberge quantité d’entreprises multinationales très puissantes qui violent impunément les droits humains et font du chantage avec les États. De même, le traité ACTA semble défendre les intérêts de grosses entreprises en règlementant drastiquement un des derniers espaces de liberté : l’Internet.

Cependant, il me semble important de ne pas perdre de vue l’ensemble : tout est lié. Et si nous protestons contre le pouvoir des multinationales, c’est non seulement à cause des dégâts qu’elles créent à l’étranger, mais aussi parce le système actuel, s’il n’est pas réformé, nous mène à une catastrophe humanitaire et écologique globale.
Nos revendications convergent donc vers le même problème que celles des indignés espagnols, grecs, anglais ou américains 2. Nous sommes les 99%. Nous sommes indignés contre un système qui n’est pas durable. Nous exigeons une perspective d’avenir pour nous et nos enfants. Nous souhaitons diffuser notre vision des choses afin de permettre un changement mondial.

Ce texte n’engage que moi. Il me semblait important de souligner que nous nous réclamons d’un mouvement mondial de contestation. Cela ne signifie pas que nous devons nous fondre dans la masse des autres mouvements, mais je crois qu’il est essentiel d’en récupérer la ligne directrice, sans quoi nous ne sommes qu’un « groupe de pression » local, complètement désolidarisé du reste. Ces points seront débattus démocratiquement lors de la prochaine séance, le 21 avril.

Joachim

1 Le slogan complet est : « We are the 99% that will no longer tolerate the greed and corruption of the 1% » (« Nous sommes les 99% qui ne toléreront plus l’avidité et la corruption des 1% »)

2 Voici l’appel du 12 mai relayé par une multitude d’organisations (initialement publié ici : http://international.democraciarealya.es/2012/03/07/12m15m-lets-take-the-streets-on-may-12th-because-we-are-the-99/) :

« Nous sommes les 99%

La distribution actuelle des ressources économiques condamne l’immense majorité de la population mondiale à la pauvreté ou à l’incertitude quotidienne, et les générations futures à un héritage marqué par les catastrophes écologiques. Tout ça pour le bénéfice d’un petit nombre. Nous réclamons une justice sociale, nous ne ferons pas un pas en arrière dans la défense de nos droits. Nos représentants ont l’obligation de répondre à nos besoins, ils doivent nous écouter. Alors, dans le monde entier, le 12 MAI 2012, soyons à l’unisson le haut-parleur de la révolte. Parce que nous sommes les 99%.

Parce que nous ne sommes pas de la marchandise aux mains des politiciens ni des banquiers.

Prenons les rues le 12 Mai. »

Une réflexion au sujet de « Les indignés du monde et nous »

  1. Bonjour les indignés jurassiens,

    Je découvre votre site avec beaucoup de plaisir. Comme me l’a dit dernièrement un ami: « Nous semblons mener le même combat. »

    Le 12 mai, en principe, sera pour moi, le jour J -3. J’attends un enfant que j’appellerais Aslan. Je me suis promis de ne plus quitter notre foyer, jusqu’à ce qu’il nous ait rejoint.

    Même si vous êtes parvenus à me donner envie d’aller me balader par chez vous le 12 mai.

    Pourtant, j’aimerais me permettre de vous demander un petit service, si vous avez deux minutes pour les plus lents.

    J’ai créé un site, pour informer nos amis politiciens, fonctionnaires et partisans du système actuel de tous bords, que désormais ce sera sans moi et quelques uns de mes amis, qui préférons chercher à donner du sens au mot démocratie, plutôt que de continuer à ignorer que tous les pays autour sont en ce moment en train de comprendre qu’ils ont été rachetés par les banques.

    SI on n’agit pas très vite, je crains fort que nous ne devions subir les foudres d’une Europe qui en a marre d’être considérée comme une vache à lait et supporte très mal de se retrouver débitrice par la faute de quelques élus corrompus. (Quasiment tous, en fait. Comme chez nous.)

    Enfin, bref. Pour donner un peu de poids à mon courrier à ces quelques singes, j’aimerais y adjoindre un nombre de signataires qui peuvent ajouter leurs doléances ou commentaires quant au contenu du courrier.

    ça se passe à l’adresse suivante:

    http://www.viapopuli.ch

    Sinon, en Valais, on organise une fête, durant laquelle, on compte bien amener quelques fonctionnaires à réfléchir. ça se passe le 21 juin. Si vous voulez réserver?

    Un très grand merci pour cette minute de rêve, pour votre attention et pour tout le reste. Continuez à être vous-même, vous êtes tellement beaux ainsi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s